Cérémonie de la Famadihana

0
Cérémonie de la Famadihana - Madagascar
Cérémonie de la Famadihana - Madagascar

La Famadihana est une tradition funéraire pratiquée par une tribu à Madagascar, les Malgaches. Cette coutume célèbre la vie des défunts à travers la danse avec leurs corps. Elle consiste à sortir les corps de leur tombe, à les envelopper de nouveau dans des étoffes fraîches, puis à les porter en dansant. Ce rituel se déroule tous les sept ans.

Dans les collines des hautes terres centrales de Madagascar, la tribu Merina célèbre cette fête en exhumant les restes de leurs ancêtres lors d’une réunion familiale particulière.

Au cours de ce rituel sacré, organisé tous les cinq à sept ans, plusieurs membres décédés de la famille sont retirés d’une crypte ancestrale. Les membres vivants de la famille retirent délicatement les vêtements funéraires des cadavres pour les envelopper à nouveau dans des tissus de soie fraîche.

Cérémonie de la Famadihana - Madagascar
Cérémonie de la Famadihana – Madagascar

Les festivités débutent, les invités boivent, conversent et dansent avec leurs aïeux.

Les corps sont enveloppés et les familles dansent avec eux pendant leur décomposition.

Juste avant le coucher du soleil, les corps sont soigneusement replacés dans le tombeau et retournés à l’envers. La crypte est alors refermée pour cinq à sept années supplémentaires.

Le Famadihana, ou « le retournement des os », est un rituel sacré pratiqué par certains groupes ethniques à Madagascar. Les Malgaches croient que leurs ancêtres servent d’intermédiaires entre les vivants et Dieu, et qu’ils ont le pouvoir d’intervenir dans les événements terrestres.

Bien que de nombreux groupes ethniques à Madagascar pratiquent une fusion entre le christianisme et les croyances traditionnelles, ils ne croient ni au paradis ni à l’enfer.

Selon la croyance, après la décomposition des os, la mort nous mène à une seconde vie – une vie similaire à celle des vivants.

Cependant, les défunts ne passent pas immédiatement à la vie suivante et restent dans le monde des vivants jusqu’à la complète décomposition de leurs corps.

Il n’y a que deux classes dans la société, les vivants et les ancêtres. Ainsi, les corps non exhumés ne font ni partie des vivants ni des ancêtres.

Le Famadihana commence lorsqu’un esprit ancestral apparaît à un membre âgé de la famille. L’ancêtre demande des vêtements neufs, ce qui déclenche le rituel.

La famille consulte un astrologue traditionnel, l’Ombiasy, pour déterminer les jours d’ouverture et de fermeture du tombeau.

Les invités et les proches parcourent des kilomètres pour assister à cette célébration de deux jours, apportant généralement des dons sous forme d’argent ou d’alcool.

La famille hôte dépense beaucoup pour le tombeau et les festivités car celui-ci représente leur identité.

La célébration se termine avant la nuit, par peur des énergies négatives de la nuit. Les corps, enterrés avec des dons, sont placés à l’envers pour clore le cycle de vie et de mort.

Cette tradition ancestrale continue de marquer la culture et les croyances de ce peuple malgache.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici