La culture africaine et ses valeurs

0
cultures et coutumes africaines
cultures et coutumes africaines

Cet article aborde les valeurs culturelles en Afrique, en mettant l’accent sur la façon dont elles ont façonné la société et l’identité des peuples africains. Un point d’attention est porté sur les valeurs sociales, morales, religieuses, politiques, esthétiques et économiques qui ont historiquement joué un rôle central dans la vie des communautés africaines. Enfin, nous examinons comment ces valeurs ont évolué au fil du temps et comment certains aspects de la culture africaine ont dû s’adapter aux changements et aux pressions modernes.

Définition et sens de la culture

La culture est un concept complexe défini de différentes manières par les chercheurs. Elle englobe tous les aspects de la vie d’un groupe de personnes, y compris les croyances, les coutumes, les valeurs, et les normes. La culture est transmise de génération en génération par le biais de la socialisation.

L’Afrique est un continent diversifié avec de nombreuses cultures différentes, mais il existe des similitudes dans les systèmes de croyances et les valeurs qui distinguent les Africains des autres peuples. Les cultures africaines, bien que variées, partagent des traits communs.

La culture comprend des éléments matériels et non matériels. Les éléments matériels incluent les objets fabriqués par les gens, tandis que les éléments non matériels incluent les normes, les croyances et les tabous. La culture est partagée et en constante évolution pour s’adapter aux changements sociaux et environnementaux.

Les valeurs occupent une place centrale dans la culture africaine, influençant la manière dont les gens vivent et se comportent. Les violations des valeurs culturelles peuvent entraîner des sanctions sévères. Les valeurs sont au cœur de la culture africaine, lui conférant son unicité et son identité.

En fin de compte, la culture africaine est une riche mosaïque de valeurs, de croyances et de traditions qui façonnent la vie quotidienne des Africains et les distinguent des autres cultures du monde.

La culture africaine et ses valeurs

Après avoir examiné le concept et la signification de la culture et établi la place des valeurs dans une culture, nous souhaitons maintenant aborder le contexte africain. La culture est une incarnation de différentes valeurs, toutes étroitement liées les unes aux autres. C’est pourquoi on peut parler de manière significative des valeurs sociales, morales, religieuses, politiques, esthétiques et même économiques d’une culture. Regardons maintenant ces valeurs en détail, car cela nous permettra de comprendre comment elles se manifestent dans une culture africaine et leur importance.

Valeurs sociales

Les valeurs sociales peuvent être simplement perçues comme les croyances et les pratiques qui sont observées par une société donnée. La société a une manière de dicter les croyances et les pratiques qui sont effectuées soit régulièrement par ses membres, soit lorsqu’une occasion l’exige. Par conséquent, chaque société a ses festivals, jeux, sports et danses qui lui sont propres. Ces activités sont réalisées par la société parce qu’elles sont perçues comme nécessaires. Certaines valeurs sociales, en particulier dans la société africaine, ne peuvent pas être séparées des valeurs religieuses, morales, politiques, etc. C’est pourquoi, dans une société africaine traditionnelle comme chez les Ibibio au Nigeria, les festivals célébrés avaient souvent des connotations religieuses, se terminant par des sacrifices offerts à certaines divinités lors de journées spéciales pour attirer leur bienveillance sur les membres de la société. Les valeurs sociales sont soutenues par les lois coutumières et comprennent les carnavals traditionnels considérés comme nécessaires à la survie de la société.

Valeurs morales

La culture africaine repose sur de fortes considérations morales. Elle comporte un système de croyances et de coutumes diverses que chaque individu doit respecter pour vivre longtemps et éviter d’attirer des malédictions sur lui-même et sur autrui. L’adultère, le vol et d’autres formes de comportement immoral sont fortement découragés, et en cas de suspicion, un suspect peut être soumis à un rituel de purification ou contraint à prêter serment pour prouver son innocence. Par exemple, dans la région des Ibibio, le “ukang” (épreuve) est très populaire en tant que méthode de détection des crimes. Un devin spécialisé dans cette pratique place une marmite d’huile bouillante, y jette une pierre et demande aux suspects d’essayer de récupérer la pierre. L’innocent peut atteindre le fond de la marmite et récupérer la pierre sans se brûler les poils des bras. Cependant, lorsque le coupable s’approche de la marmite, elle se met en rage et bout en une manière telle que même le criminel le plus audacieux hésiterait à tenter de récupérer la pierre. La crainte de subir une telle épreuve ou d’être déshabillé et promené dans la communauté, comme c’est le cas pour les voleurs, dissuade efficacement la criminalité. Les proverbes africains et les dictons sont riches en sagesse. Ils mettent en garde les Africains contre les comportements néfastes et, selon Mbiti (1977), sont “donc une source majeure de sagesse africaine et une partie précieuse du patrimoine africain”. La culture africaine comporte un code moral qui interdit de faire du mal à un parent, à un parent, à un beau-parent, à un étranger et à un étranger, sauf lorsque cette personne est impliquée dans un acte immoral ; dans ce cas, il est conseillé de rester à l’écart de cette personne et même à sa mort, son corps ne sera pas honoré d’un enterrement noble dans un cercueil et une tombe. Les mères de jumeaux n’étaient pas les bienvenues et étaient considérées comme les porteuses de malheur, donc inacceptables.

Valeurs religieuses

Les valeurs religieuses en Afrique semblent être le pivot autour duquel toutes les activités gravitent. Par conséquent, les valeurs religieuses ne sont pas prises à la légère. La religion traditionnelle africaine, où qu’elle soit pratiquée, possède certaines caractéristiques définissantes. Par exemple, elle comporte le concept d’un Être suprême invisible et autochtone. Elle croit en l’existence de l’âme humaine, qui ne meurt pas avec le corps. La religion traditionnelle africaine croit également en l’existence d’esprits bons et mauvais, et que ces esprits permettent la communication avec l’Être suprême. Surtout, elle incarne un sens moral de la justice et de la vérité, ainsi que la connaissance de l’existence du bien et du mal (Umoh 2005). Les valeurs religieuses africaines semblent imprégner tous les aspects de la vie africaine, et les Africains estiment que tout peut revêtir une signification spirituelle. Le culte de différentes divinités les jours de fête montre à quel point les Africains attachent de l’importance à leurs valeurs religieuses. Les sorciers et les devins sont perçus comme des intermédiaires entre Dieu et l’homme, interprétant les volontés divines pour les mortels. Les devins, les sorciers et les devins aident à réglementer le comportement humain dans la société, et les gens craignent de commettre des infractions de peur d’être exposés par les devins et les sorciers.

Valeurs politiques

La société africaine possède incontestablement des institutions politiques avec des chefs de ces institutions respectés. Ce qui est le plus significatif dans la société traditionnelle, c’est que la hiérarchie politique commence par la famille. Chaque famille a un chef de famille ; chaque village a un chef de village. De là, nous avons le chef de clan, et au-dessus du chef de clan se trouve le souverain suprême. Ce type d’organisation politique est observable dans la partie sud du Nigeria. Avant l’arrivée de la colonisation occidentale et sa subversion ultérieure des arrangements politiques traditionnels africains, les sociétés africaines avaient leurs conseils de chefs, de conseillers, de groupes cultuels, etc. On croyait que la désobéissance envers un dirigeant équivalait à une désobéissance envers Dieu, et la position de dirigeant était soit héréditaire, soit obtenue par la conquête. Dans l’État d’Akwa Ibom, au Nigeria, par exemple, bien que l’institution politique traditionnelle ait été largement totalitaire, il existait toujours des mécanismes de contrôle. Tout souverain qui tentait de s’emparer du pouvoir était décapité par la secte Ekpo. Antia (2005) écrit que “de tels mécanismes de contrôle étaient imposés par l’existence de sociétés secrètes, de cultes, de normes sociales, de symboles et d’objets traditionnels, de différentes classes de chefs qui exerçaient des fonctions différentes sur différents aspects de la vie”. Ainsi, en ce qui concerne les valeurs politiques, on peut voir qu’elles sont inextricablement liées aux valeurs religieuses, sociales, morales, etc. Ce sont les valeurs politiques d’un peuple qui font en sorte qu’il respecte ses institutions et ses dirigeants politiques.

Valeurs esthétiques

Le concept africain de l’esthétique repose sur le système de croyances traditionnelles fondamentales qui a donné naissance à la production de l’art. L’art est généralement considéré comme une entreprise humaine visant à produire des objets esthétiques. Ainsi, lorsqu’un peuple, pendant son temps libre, essaie de produire ou de créer des objets qu’il considère comme admirables, son sens de la valeur esthétique est mis en jeu. Si nous considérons l’art comme étant lié à la production d’objets esthétiques, alors nous pouvons vraiment dire que la valeur esthétique africaine est extrêmement riche. Prenons un exemple : le sens de la beauté du peuple Ibibio est incarné dans leurs jeunes filles engraissées, qu’ils appellent mbopo. Ces jeunes filles engraissées sont confinées dans une pièce où elles sont nourries de plats traditionnels. L’idée derrière cela est de préparer la jeune fille et de la rendre aussi belle, en bonne santé et belle que possible pour son mari. Cela se fait généralement avant le mariage et après l’accouchement. Le modèle occidental de la beauté n’est pas le même. Il est souvent représenté par des jeunes femmes à l’apparence mince qui marchent en boitant. Cela montre que la valeur esthétique africaine et la perception de ce qui est beau sont nettement différentes. La valeur esthétique informe l’art et l’artisanat d’un peuple, car elle influe sur sa perception de ce qui est beau par opposition à ce qui est laid. La valeur esthétique d’une société influence l’artiste dans son effort pour produire des objets esthétiques acceptables pour la société dans laquelle il vit.

Valeurs économiques

Les valeurs économiques de la société traditionnelle africaine se caractérisent par la coopération. L’économie traditionnelle, principalement basée sur l’agriculture et la pêche, était de nature coopérative. Dans le pays Ibibio, par exemple, des amis et des parents venaient aider aux travaux agricoles non pas pour être payés, mais pour s’assurer qu’ils pourraient trouver une assistance similaire si le besoin se présentait à l’avenir. Les enfants étaient considérés comme la principale force de travail. C’est pourquoi un homme était fier d’en avoir beaucoup, surtout des garçons. La nature synergique de la société africaine est ce qui a incité deux personnes ou plus à mettre en commun leurs ressources et à s’entraider économiquement grâce au système de contributions appelé “osusu”. De plus, ils coopéraient même dans la construction de maisons et dans d’autres activités pour leurs membres. Lorsqu’un membre se trouvait en difficulté, tous les membres se ralliaient pour l’aider. Par conséquent, nous pouvons affirmer sans crainte de contradiction que les valeurs économiques de la société traditionnelle africaine, telles que les Ibibio, étaient fondées sur le travail acharné et la coopération.

Après avoir examiné certaines des valeurs qui caractérisent la culture africaine, il est important de préciser que ces valeurs sont inextricablement liées et doivent être comprises dans leur ensemble en tant que valeurs culturelles africaines.

Changement culturel en Afrique et problèmes d’ajustement

Il est important d’examiner certains des changements culturels et les problèmes d’ajustement. Dans ce contexte, le “changement” signifie une modification significative ou un écart marqué par rapport à ce qui existait auparavant. L’invention, la découverte et la diffusion sont quelques-unes des manières par lesquelles une culture peut changer ou évoluer. L’invention, par exemple, implique la recomposition d’éléments culturels existants pour créer de nouvelles choses. Ogbum (1922) soutient que “le taux d’invention au sein d’une société est une fonction de la taille de la base culturelle existante”. Les éléments culturels, les objets, les traits et les connaissances disponibles dans toutes les sections de la société africaine pré-1600 étaient limités en types et en variations. Ainsi, peu d’inventions capables de modifier profondément la culture pouvaient avoir lieu. La plupart des appareils et ustensiles utilisés à l’époque étaient en bois, car le métal n’était pas un élément culturel couramment connu des gens. Par exemple, une pirogue était le seul moyen de transport disponible à l’époque. Elle était en bois sous tous ses aspects jusqu’à ce qu’elle soit récemment modifiée avec une hélice motorisée et une bâche.

De plus, les matériaux de construction étaient des structures en bois, du sable et des feuilles tissées pour la toiture. Malgré l’introduction de nouvelles inventions en provenance d’autres cultures, la plupart des maisons sont toujours construites selon les méthodes traditionnelles et en utilisant des matériaux traditionnels, probablement pour des raisons économiques et par pur conservatisme. De plus, le modèle de la culture d’échange pré-contact avec l’Europe était principalement basé sur le troc. Le besoin de monnaie n’a pas émergé, et donc aucune monnaie n’a été inventée. Le troc, la vente sans poids et mesures standardisés, et le modèle général de l’échange non contractuel ont tous contribué à renforcer et à maintenir la solidarité sociale. L’introduction de la monnaie, ainsi que des artefacts matériels importés, a généré ou du moins accentué des tendances à l’acquisition et à l’orientation vers le profit parmi les gens, créant ainsi progressivement des inégalités sociales basées uniquement sur des critères économiques. Les inventions peuvent être de nature matérielle ou sociale.

Outre l’invention, la culture peut changer et évoluer grâce à la découverte et à la diffusion. Contrairement à l’invention, la découverte n’implique pas la recomposition de traits, mais le partage de connaissances sur quelque chose qui existe déjà mais qui est encore inconnu. L’importance de la découverte dans la culture réside dans son utilisation ou lorsqu’elle génère des défis pour les gens, qui se transforment ensuite en invention pour le développement et la survie de la société. Un autre processus susceptible d’apporter un changement profond dans la culture des peuples africains est le processus de diffusion culturelle (la propagation de traits culturels d’une société à une autre par le biais de contacts culturels). La diffusion implique l’emprunt intentionnel de traits culturels à d’autres sociétés avec lesquelles la société bénéficiaire entre en contact, ou l’imposition de traits culturels à une société par une société plus forte cherchant à assimiler la société plus faible.

La probabilité de réduire la période de décalage culturel dépend en grande partie de la désirabilité d’accepter le changement dans la culture non-maritale, de la compatibilité du changement anticipé avec la culture existante ou de sa flexibilité, ainsi que de la nature et de l’ampleur de la force disponible pour imposer ou induire la conformité. Cependant, la désirabilité d’accepter le changement dans la culture non-matérielle dépend de la perception par les gens du nouveau mode de conduite comme meilleur que ce à quoi ils étaient habitués. Dans la plupart des cas, l’attractivité d’accepter le changement est souvent médiée et conditionnée par la compatibilité du changement attendu avec la culture existante. Un changement qui appelle au remplacement ou à l’abandon total des modes de comportement préalablement établis et préférés est moins susceptible d’être accepté qu’un changement préservateur, c’est-à-dire un changement qui offre d’autres alternatives ou qui étend simplement la culture en ajoutant de nouvelles choses à celle-ci.

Il faut savoir que la force a ses limites pour provoquer le changement, car il est impossible de réglementer tous les aspects du mode de vie d’un peuple et de formuler des lois pour les couvrir. C’est là que se situe le problème d’ajustement au changement induit de l’extérieur. La plupart des Africains contemporains ont du mal à concilier leurs croyances primitives dans certains aspects de leur culture avec le mode de comportement moderne supposé. Par exemple, comment l’Africain explique-t-il les catastrophes, les décès, les accidents et autres malheurs dans la famille ? Un nouveau converti de l’église chrétienne se tournerait vers l’église pour obtenir des explications et du réconfort, mais si la réaction de l’église n’est pas immédiate, la personne peut se tourner, en secret, vers le guérisseur traditionnel pour obtenir des remèdes immédiats. Si le soulagement survient, la personne se retrouve à devoir prêter double allégeance, l’une envers sa nouvelle foi et l’autre envers ses croyances primitives. Cette forme de dichotomie va au-delà des malheurs et imprègne la plupart des aspects de la vie de la personne.

En conclusion

Les valeurs sont une partie intégrante de la culture et définissent l’identité d’un peuple. Les cultures cherchent généralement à préserver les valeurs nécessaires à la survie de leur peuple. Dans le contexte africain, les relations familiales étroites et la nature synergique de la société étaient hautement valorisées. Cependant, il est clair que de nos jours, de plus en plus de modèles de famille nucléaire et de style de vie individualiste occidental sont adoptés, ce qui contraste avec les pratiques traditionnelles.

La relation de l’Africain avec l’environnement est basée sur le respect et la coopération plutôt que sur la domination. Les pratiques traditionnelles de préservation de la nature ont été remplacées par une exploitation non durable de l’environnement, ce qui a entraîné une baisse de la productivité agricole et la dégradation des terres.

Les pratiques matrimoniales traditionnelles, telles que la polygamie, étaient autrefois courantes en Afrique en raison de leur association avec la richesse, le pouvoir, l’influence et le désir d’avoir de nombreux enfants. Les mariages polygames étaient également influencés par la forte valeur accordée aux enfants comme actifs économiques et à la sécurité sociale.

Certaines pratiques culturelles africaines, telles que la stigmatisation des jumeaux et les rites matrimoniaux contraignants, ont été remises en question en raison de leurs aspects négatifs. L’arrêt des meurtres de jumeaux et la révision des coutumes liées au mariage sont des exemples de changements positifs qui ont eu lieu en Afrique.

En fin de compte, il est important de préserver les aspects positifs de la culture africaine, tels que la synergie sociale, la préservation de la nature et les arts traditionnels, tout en éliminant les pratiques culturelles négatives et déshumanisantes qui entravent le développement et le progrès. La culture doit être adaptable et bénéfique pour la société dans son ensemble. Il est essentiel de trouver un équilibre entre la préservation des valeurs culturelles importantes et l’adaptation aux besoins changeants de la société dans un monde de plus en plus globalisé et axé sur la science et la technologie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici